Voir avec les yeux du coeur

Chapitre 13

Le voyage tant attendu

Voilà, le temps du départ avait sonné, même si j’avais une peur maladive de prendre l’avion depuis que mon frère avait perdu la vie dans un accident. Par ce beau matin de novembre, je téléphonai donc à l’aéroport afin de vérifier l’heure exacte du départ. La réceptionniste me souligna que nous devions être présents à l’aéroport une heure avant le départ car le temps était brumeux, il était fort probable que nous avions à nous rendre en autobus à un autre aéroport pour nous envoler en direction de Cuba tel que prévu. C’est exactement ce qui se produisit

L’avion ne pouvant pas atterrir comme prévu, nous fîmes unepartie du trajet en autobus.«Ça- commence bien», pensai-je.Lorsque vint enfin le moment de partir, inutile de vous dire que j’étais tendu et nerveux. Finalement, après quelques jours de trajet, nous fûmes enfin rendus sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Cuba. L’avion s’immobilisa, puis tous les passagers débarquèrent car ils étaient rendus à destination. Pas nous. Il nous fallut encore une fois remonter et poursuivre notre trajet.

A un moment donné, l’avion dut s’arrêter pour une heure dans une ville étrangère. On nous demanda donc de descendre et d’entrer nous reposer dans l’aérogare. A la sortie de l’avion, nous remarquâmes qu’il faisait déjà noir. Il était déjà dix heures du soir. Une chaleur humide mefouetta le visage lorsque je sortie de l’avion.

 Je suis incapable de vous décrire le sentiment que j’éprouvai à ce moment-là, mais ce n’était pas de la joie. Mon épouse et ma fille me décrivirent au fur et à mesure ce qu’elles ressentaient Croyez-moi, je ne me sentais pas du tout rassuré. Tout autour de l’aéroport, des soldats munis de fusils montaient la garde. Ce qu’ils avaient l’air sévère!

 

  • Retour au début du site!

  • Suivant