VOIR AVEC LES YEUX DU CŒUR

Écoles de chiens-guides

Chapitre 6 (page 1)

 En 1979, il n'y avait aucune école de chiens-guides au Canada. Mais un jour, j'écoutai une émission de télévision qui relatait l'histoire d'un aveugle qui était allé chercher un chien aux États-Unis. A la fin de ce film, je réalisai que le chien-guide était vraiment un outil indispensable pour un aveugle comme moi. Surtout que j'aimais être indépendant et que j'étais orgueilleux! De plus, le fait d'utiliser ma canne blanche m'humiliait énormément. Je me renseignai donc à ce sujet.

 Quelques semaines plus tard, je reçus un formulaire de demande que je m'empressai de compléter. Puis, je dus aller passer des examens physiques afin de démontrer que ma santé me permettait de marcher tous les jours. Je dus également demander à deux personnes d'écrire un bilan de ma santé psychologique, bilan indispensable pour la recherche d'un chien qui me ressemblerait au niveau du caractère. Les mois qui suivirent furent très longs. Finalement, un jour, je reçus une réponse à ma demande. Je fus admis à un cours de formation à l'école de chiens-guides à New Jersey, dans l'état de New York. L'école en question se nommait "Seeing Eyes Dog".

 Je dus alors essayer de faire coïncider ce cours avec la période de vacances d'été. Surtout que je devais passer vingt-huit jours consécutifs loin de chez nous. Encore une fois, je me retrouvais seul dans un milieu complètement anglophone. Je réussis donc à obtenir une place pour la classe de juin 1980.

 L'avion, qui avait fait un arrêt à Toronto et à Buffalo, atterrit finalement à New-York. Un chauffeur de limousine m'attendait. Il me conduisit à l'école. à l'arrivée, il ouvrit une porte fermée à clé, me conduisit au deuxième étage et me montra ma chambre. Il y avait deux lits et une grande salle de bain. C'était assez luxueux.

 J'entendis alors quelqu'un parler et je m'aperçus qu'il avait un accent français. J’apprit plus tard que cette personne habitait à Montréal. C'était mon compagnon de chambre qui venait lui aussi chercher son premier chien-guide. Il m'apprit que nous n'étions que quatre du Canada à bénéficier du programme et que nous parlions tous français.

Il était environ sept heures du soir et j'étais le dernier des étudiants arriver. Aussitôt, on nous regroupa pour une rencontre avec notre professeur. Celui-ci voulait nous donner notre première leçon, soit la lecture de tous les règlements de l'école. Il nous montra aussi comment fabriquer un harnais pour notre chien et comment rassembler une laisse. Cela sembla facile, mais il y avait beaucoup de choses à apprendre concernant l'assemblage de ces pièces d'équipement. Il nous montra aussi comment faire l'entretien du cuir. Le tout dura quelques heures. Après, je pus retourner à ma chambre pour défaire mes valises et me préparer pour le lendemain matin.

 Avec l'aide de mon "co-chambreur", je visitai les lieux car il était très important de connaître la localisation exacte des escaliers, de la salle de lavage, du salon et de la cuisine. Je constatai, lors de cette tournée, que c'était une école de très haute classe. Pas surprenant donc qu'un des règlements exige qu'on porte un habit et une cravate pour le dîner.

  • Accueil!
  • Retour au début du site!
  • Suivant!