Voir avec les yeux du coeur

Chapitre 19

Le deuxième traitement

Quelques minutes à peine après notre arrivée, les soins de routine commencèrent. C’est à ce moment que je me souvint de ces fameuses injections, de la chirurgie et de l’ozone thérapie. Huit mois s’étaient déjà écoulés, mais je m’en rappelais comme si c’était hier. Je réalisai donc ce que les quatorze prochains jours me réservaient. Il n’était toutefois pas question de faire demi-tour. Je savais que certains de ces traitements allaient être douloureux, mais combien nécessaires.

Le lendemain matin, l’avant-midi fut consacrée à des examens physiques des plus complets. Dans l’après-midi, j’eus ma première consultation avec le professeur et l’ophtalmologiste qui allaient me traiter tout au long de ce traitement. Lorsque cette consultation fut terminée, je commençai les traitements d’ozone et de stimulation électrique. Comme je savais déjà à quoi je devais m’attendre, je réagis positivement sans la moindre inquiétude.

Lors de cette première évaluation de la part du professeur, nous remarquâmes qu’il était très satisfait du résultat obtenu. La tonalité de sa voix en disait long. Il se plaisait à expliquer aux autres ophtalmologistes ce qu’il percevait dans mes yeux. Mon épouse et moi ne comprenions rien à tout ce qu’il disait. On aurait bien voulu connaître leur opinion professionnelle. Nous savions toutefois qu’il y avait eu un grand changement, mais à quoi devait-on s’attendre? L’évaluation terminée, la seule chose que l’on pouvait savoir, c’est qu’ils semblaient être contente du résultat.

Et bien, dis-je à mon épouse, nous serons fixés demain!

Je savais que nous allions recevoir de la visite le lendemain. Et comme elle parlait très bien l’espagnol, elle pourrait nous renseigner sur les découvertes des spécialistes.

Eh bien oui, avant de partir du Canada, j’avais accepté qu’une certaine chaîne de télévision nous accompagne pour effectuer un reportage. La raison pour laquelle je n’avais pas refusé l’offre qu’on m’avait faite, comme je l’avais fait d’ailleurs avec les autres, c’est que l’animatrice parlait très bien l’espagnol. En plus, je voyais là une façon efficace d’informer les gens qui sont concernés par cette maladie, de leur donner la chance de voir ce qui se passe en dehors de leur pays. Eh bien, j’avais enfin la chance d’avoir à mes côtés une traductrice.

Comme il avait été convenu avant de partir, elle vint nous rencontrer et nous lui fîmes part de notre angoisse face aux résultats de cette première évaluation. Elle se rendit donc rencontrer le professeur et son équipe. Quelques minutes plus tard, elle vint nous rejoindre à la chambre et nous dit:

Le professeur est très content car tes vaisseaux sanguins de l’oeil sont ouverts et le résultat démontre que la vitamine pénètre maintenant. En fait, les yeux sont pleins de vie. A première vue, il pense que tu n’auras peut-être besoin que d’une petite incision au niveau des tempes afin de déboucher un des petits conduits qui s’y trouve.

 

  • Retour au début du site!

  • Suivant